Accueil Présentation Vie de l'association Aides humanitaires cours de langue Atelier cuisine Vietnamienne
Nous contacter Nos coordonnées

Au cours du mois d'avril 2016,

Germaine REGNAULT, Trésorière de l'AVLA, Jean Pierre, son mari, Tifenn, sa petite-fille, et Mai Liên, étudiante à Saïgon (était à Nantes en 2011)

ont pu visiter l'école de Hoà Thanh à Tây Ninh et remettre au Père Vân Nên les fonds pour la scolarité ainsi que les 205€ recueillis "à la chaussette" par Martine et Serge pour les enfants victimes de l'agent orange, lors de leur compte rendu de leur"Tour de la Baltique" [cf. Accueil -"Rando"].

Visite de la maison d'une personne âgée aidée par des familles de Saïgon qui accompagnent les représentants de l'AVLA.

Sous le regard attentif de Mai Liën,

Kim Anh lit une lettre de remerciement aux "bienfaiteurs de l'AVLA".

Tifenn distribue aux enfants les bonbons qu'elle leur a achetés pour cette occasion.

Germaine distribue aux enfants les fournitures scolaires achetées par le P.Vân Nên avec les fonds de l'AVLA

Germaine et Mai Liên préparent la rencontre

Germaine remet les fonds au Père Vân Nên

Pour lire cette lettre

>>> ^

Rencontre avec les élèves de l’école de Hoà Thanh à Tây Ninh le 17/04/2016


Nous sommes partis tôt le matin avec Mai Liên, l’interprète, ancienne étudiante à Nantes et 3 membres d’une famille vietnamienne qui fait parvenir tous les ans au Père Van Nên des cartons de nourriture et du tissu pour les familles pauvres de Tay Ninh suivies par le Père Van Nên.

Arrivés en fin de matinée sous une chaleur écrasante (39°), le Père nous accueille très  amicalement. Après quelques rafraîchissements et échanges au sujet des élèves et de la vie à l’école, nous décidons de procéder à la remise des fonds affectés à la scolarité des 120 enfants pauvres (1200€) et à l’aide des enfants victimes de l’agent orange (205€).

Ensuite nous nous rendons à l’église, là où il fait le moins chaud, pour une petite cérémonie officielle avec les enfants. Le Père en a rassemblé seulement une partie. Nous constatons qu’ils sont très polis, très propres, joyeux, bien disciplinés et très appliqués. Kim Anh , une excellente élève, lit à l’intention des «   généreux bienfaiteurs de l’AVLA  » une lettre de remerciement au nom de tous ses petits camarades. Je leur réponds, aidée de Mai liên, en les encourageant à toujours bien étudier pour eux d’abord  et pour leur famille ensuite, de façon à avoir un bel avenir.

Au cours de ce petit «  discours  », un jeune garçon d’une dizaine d’année s’évanouit. Nous apprendrons par Le Père Van Nên qu’il n’avait pas déjeuné avant de partir à l’école, beaucoup sont dans ce cas. Il nous dit que pour certains le repas de midi à l’école est le seul repas qu’ils prendront dans  la journée.

Ensuite nous passons à la distribution des cahiers, des crayons et des bonbons. A la vue de ces cadeaux, les visages s’éclairent.

Lors des discussions, le Père nous dit que plusieurs élèves font 5, 10 et même parfois 15 Kms pour venir à l’école. Certains ont des vélos et les plus grands transportent les plus petits mais les jours de pluie lorsque les  chemins sont boueux   «  le covoiturage  » n’est pas aisé.

Ensuite le Père nous invite à prendre un petit repas et nous suggère d’aller saluer quelques familles dont il s’occupe. Il ne fait pas de distinction de religion, qu’elles soient bouddhistes, catholiques ou musulmanes, il est très motivé.

Etant venue visiter ces familles il y a 3 ans, j’ai trouvé que leur sort ne s’était guère amélioré. Leurs maisons d’habitation ressemblent toujours à des cabanes au sol en terre battue, sans confort et très exigües, mais on remarque cependant qu’il y a souvent un petit endroit. à l’écart pour que les enfants puissent faire leurs devoirs, une famille avait même un petit bureau et les trophées scolaires sont toujours en bonne place.

Puis la journée s’achève, il faut rentrer à Saigon. En repartant on ne peut avoir que le cœur gros, le Père et ses collaborateurs font bien tout ce qu’ils peuvent mais les besoins sont importants. L’école est en partenariat avec l’Etat Vietnamien, mais la seule aide qu’elle reçoit vient de l’AVLA.

Germaine