Accueil Présentation Vie de l'association Aides humanitaires cours de langue Atelier cuisine Vietnamienne
Nous contacter Nos coordonnées


D’abord , je voudrais remercier AVLA qui me donne le occasion d’avoir les amis merveilles – Liliane, Olivier et le chien joli Cicius .

J’ai passé 2 jours chez eux à PenFao avec les souvenirs inoubliables : la FESTNOZ  tout la nuit avec les nouvelles amis et les danses Bretagnes  et un gras mâtiné après ça ; une promenade dans un beau jour à Rennes ;  une promenade dans la forêt pour prendre des champignons et des marrons ; les plats français du cuisinier très belle Liliane et du cuisinier très gentil Olivier….et je me souviens vraiment mon copain Cicius.

J’espère que je  vais bientôt retrouver mes amis.

LE THI THU HA.



Je bien remercie de l’organisation AVLA qui me donne une bonne chance approcher la vie et les habitudes françaises par le programme de la famille d’accueil. C’est super.

J’ai été accueilli dans la famille de Madame Odile et Monsieur Gérard. Ils m’ont laissé les bons sentiments comme : l’hospitalité, la gentillesse and l’enthousiasme. Le premier jour, ils m’ont gagné une grand surprise, c’étais une chambre pour me qui a été décoré par les souvenirs de vietnam. Ça me faisait familier comme chez moi. Ce-là soir, ils me prennaient à l’église pour une cérémonie catholique et me présentaient avec leurs voisins. J’étais vraiment heureuse pour cela. Nous aussi avions gagné le temps pour exchanger les images de la famille et de Vietnam. Le matin de Noël, nous avions une fête copieuse avec le frère de Gérard et sa femme. J’avais eu l’opportunité d’apprendre la culture: l’accueil, la fête à table, la gastronomie ; les plats français: gras foie, confit de canard, l’huître fraise, les gâteaux,…; les types des vins : vin rosé, vin blanc, vin rouge, le cidre, muscadet nantais très connu, les feuilles parfumées dans le jardin,… En vivant dans la famille française, j’aimais bien connaître les habitudes français comme : regarder les nouvelles, les spectacles d’art, le circle Monte Cardo, lire les livres et les magazines, faire de la marche, accueillir les oeuves de poule et marquer la date,… J’ai parlé le français toujours et ils aussi étaient très enthousiaste d’expliquer tout ceux que je voudrais connaître. Je sentais vraiment le bonheur et l’atmosphère familiale. En effet, ils m’aiment bien et me soignent comme leur fille. Je sens habituer mieux avec la vie ici. Je regret vraiment en quittant leur maison. J’espère revenir chez eux en été.

VO THI TO NHU.


^